Une parenthèse dans la parenthèse



Depuis le temps que nous suivions des blogs et que nous échangions sur des forums de voyageurs au long cours, il y a un message que nous avions bien retenu : le voyage, c’est pas des vacances ! Et honnêtement c’est vrai. 

Nos journées sont riches, elles suivent le rythme que nous voulons bien leur donner, nous avons du temps, nous nous laissons porter, tout ça est indéniable. Et puis aussi : nous changeons de spot tous les jours ou tous les deux jours parce que nous faisons exclusivement du camping « sauvage » et qu’il est rarement autorisé de rester plus longtemps sur des lieux publics. C’est un choix qui nous permet d’être au plus proche de la nature et qui évite de nous plomber le budget artificiellement en campings et autres aires de services bondées où les camping-cars s’entassent les uns sur les autres. C’est un choix, c’est vrai, mais comme tous les choix, il a un prix. 

Outre le fait de rouler tous les jours, de chercher des spots adéquats et autorisés quotidiennement, il faut aussi assurer la - réduite certes, mais récurrente - logistique de l’eau, du gasoil, du gpl, des vidages de toilettes sèches, etc... Ajoutez à ça le fait que nous vivons à cinq personnes dont les rythmes et besoins sont très différents, dans moins de 15m2 tout compris et vous comprendrez que, même en l’absence de grosse galère à gérer, l’idée de se poser une semaine à l’hôtel avec chacun sa chambre et une piscine pour les enfants, nous allait bien ! 

Est-ce qu’on aurait pu s’en passer ? Clairement. Nous ne sommes pas du tout saturés de notre quotidien. Mais il se trouve que cette semaine, forts des conseils de nos amis voyageurs, nous l’avions anticipée. C’était notre cadeau de Noël familial (Merci Papa!!). Une coupure plaisante après plus de 4 mois de voyage. Depuis le début, cette perspective nous réjouit tous et nous avions hâte de changer de rythme pour quelques jours et de nous vautrer de manière éhontée dans le confort d’une chambre en dur avec douche et toilettes intégrées !! Et ce, avec d’autant plus de joie, que nous savions qu’à la fin de cette parenthèse dans la parenthèse, nous retrouvions notre fidèle compagnon de route pour repartir de plus belle vers de nouvelles contrées ! 

La bonne surprise de cette semaine fut la découverte, de la magnifique île de Sylt, petite île tout en longueur à l’extrême nord de la côte ouest Allemande. Sous un climat formidablement estival, nous avons pris plaisir à explorer cette petite pépite sauvage et préservée. Ses kilomètres de lande, sa bruyère en pleine floraison, ses dunes de sable si blond qu'il n'a rien à envier aux Maldives et ses longues plages à l’eau turquoise. Sur l’île, les maisons sont majoritairement en brique et coiffées de jolis toits de chaume, particulièrement seyants. Bref, un charme fou, que nous ne soupçonnions pas un instant, nous qui avions une vision plutôt grisouille de l’Allemagne (j'ai honte !). Heureusement que le voyage est là pour nous faire reconsidérer nos a priori ! 

Cerise sur le gâteau : nous logeons dans un hôtel avec piscine... et ça, les amis, c’est l’assurance d’une « vraie » semaine de vacances, étant donné qu’il semblerait que j’ai accouché de trois enfants aux pieds palmés...

Voilà, demain c’est fini, d’ici là on profite de chaque instant et on se prépare à repartir avec joie, tous reposés et motivés pour la suite de nos aventures sur la route. 














2 commentaires

  1. Je confirme que la pause c'est important et le lieu que vous avez choisi semble top. Nous c'était avant de rentrer en France, une semaine à Tunis, petit Bed&Breakfast avec piscine. Il a plu et grêlé tous les jours, on ne sait jamais baigné. On aurait dû aller en Allemagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups 🙊 ! Effectivement ça doit être moins bénéfique sous la pluie...

      Supprimer